Avant de répondre à cette question, j’aimerais partir d’un constat que j’ai réalisé durant ma pratique de coach, le point commun dans tout accompagnement, c’est la difficulté à appréhender le changement. Car tout changement que nous avons organisé ou d’autres qui nous tombent dessus, tous mobilisent nos capacités d’adaptation.

Que nous le voulions ou non, la seule chose immuable dans la vie, c’est le changement, qu’on pourrait aussi qualifier de mouvement. Vu d’en haut, on pourrait croire qu’un océan est une image figée, de la même manière que nous pouvons croire que nous n’avançons pas.

Nous savons que c’est constamment en mouvement.

À partir du moment que nous sommes en action, en mouvement, nous préparons le changement de demain, mais nous n’aimons pas toujours la turbulence, teintée de peurs, d’angoisses qui les accompagnent parfois. Le changement, selon son degré d’influence, mais surtout ses enjeux, varie au fur et à mesure du processus en fonction de nos perceptions subjectives et, surtout, en fonction de la manière dont nous gérons nos émotions liées aux changements.

Il faut savoir que notre peur du changement est souvent à la mesure de la valeur qu’on donne à nos pertes. Lorsque nous pouvons dépasser cette peur, les changements deviennent des occasions de grandir et de nous réaliser. Un changement est un processus qui s’évalue non pas seulement dans les actes mais aussi dans la durée.

Tout processus de changement est toujours composé de trois grands moments :

  • Le deuil du passé qui nécessite d’être capable de tourner la page, de lâcher prise
  • Une zone neutre, l’entre deux, souvent associée à la confusion, que j’appelle aussi zone de turbulences
  • Le renouveau lié à l’acquisition de nouvelles connaissances, changement de perspectives et nouveaux comportements

L’approche du coaching a puisé ses ressources et construit ses outils à partir des avancées récentes de la psychologie comportementale et des neurosciences qui aujourd’hui nous permettent en tant que Coach de mieux comprendre ce processus, mais surtout d’accompagner les personnes à dépasser les blocages qui empêchent le changement. Tant sur le plan émotionnel ce qui nous permet de reconnaître les émotions désagréables liées à la peur du changement et de leur laisser une place d’exister et par la suite travailler avec le coaché de manière à éclairer ses véritables besoins et projeter ses objectifs.

Effectivement nous avons tous besoin d’un coach car la vie n’est que mouvement.

Postulez pour être Coaché