Andre-Comte-Sponville

André Comte-Sponville est un philosophe français né à Paris en 1952. Troisième enfant d’une famille difficile, il est parvenu à se hisser tout au sommet des philosophes de sa génération.

Jeune, il souffre des troubles de l’élocution. Mais à 11 ans, il se voit romancier. André Comte-Sponville fréquente alors le lycée François-Villon à Paris et y rencontre l’aumônier Bernard Feillet. Grâce à ce dernier, il envisage de devenir prêtre et fait même des retraites à Taizé et à la Trappe. Cependant, marqué par mai 1968, par l’athéisme de son professeur Pierre Hervé et désirant s’affirmer contre son père, André va à 18 ans quitter la Jeunesse étudiante chrétienne pour le Parti communiste français. Il consacre alors l’essentiel de son temps à l’Union des étudiants communistes (UEC) et est élu au bureau parisien. Il intègre l’Ecole normale supérieur de la rue d’Ulm en 1972, puis devient au sein de l’UEC le secrétaire des sections des écoles normales supérieures.

Agrégé de philosophie en 1975, André Comte-Sponville enseigne dès 1976 la philosophie aux classes de terminale, puis fait une année de stage au lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine, puis deux années au lycée Dupleix de Landrecies, dans le Nord, et deux autres années au lycée Joseph Fourier d’Auxerre.

En 1980, il pétitionne contre l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS et ne renouvelle pas son adhésion à un Parti communiste de France en désuétude. Entre 1981 et 1984, il enseigne à l’École normale d’instituteurs de Melun. Cependant, André trouve le temps de préparer une thèse de doctorat qu’il soutient à la Sorbonne en 1983. Après 8 ans passées à enseigner les élèves puis les professeurs de l’enseignement secondaire, il entre à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne en tant qu’assistant au département de philosophie et maître de conférences.

André Comte-Sponville l’écrivain

André Comte-Sponville se met alors à écrire. Il se fait une place dans le monde philosophique dès son premier livre : Traité du désespoir et de la béatitude en 1988, qui en est aujourd’hui à sa treizième édition. Il écrit ou co-écrit plus tard plusieurs autres livres parmi lesquels : Dictionnaire philosophique (PUF, 2001, rééd. augmentée 2013) ; Le capitalisme est-il moral ? (Albin Michel, 2004, rééd. 2009 avec une postface inédite) ; La philosophie (PUF, coll. « Que sais-je ? », 2005) ; L’esprit de l’athéisme (Introduction à une spiritualité sans Dieu), Albin Michel, 2006 ; Le miel et l’absinthe (Poésie et philosophie chez Lucrèce), Hermann, 2008 ; Du corps, PUF, 2009 ; Le goût de vivre et cent autres propos, Albin Michel, 2010 ; Le sexe ni la mort (Trois essais sur l’amour et la sexualité), Albin Michel, 2012 ; Du tragique au matérialisme, et retour (Vingt-six études sur Montaigne, Pascal, Spinoza, Nietzsche et quelques autres), PUF, 2015 ; Le plaisir de penser (Une introduction à la philosophie), Vuibert, 2015 ; C’est chose tendre que la vie (Entretiens avec François L’Yvonnet), Albin Michel, septembre 2015 ; L’inconsolable et autres impromptus, PUF, 2018 ; Contre la peur et cent autres propos, Albin Michel, 2019 ; Dictionnaire amoureux de Montaigne, Plon, 2020, L’amour la solitude et Présentations de la philosophie (les deux aux éditions Albin Michel, rééd. « Le Livre de Poche »), ainsi que Le bonheur, désespérément (Ed. Pleins Feux, rééd. Librio), Impromptus (PUF, 1996), et La vie humaine (Hermann, 2005). Dans sa discographie, on peut compter : Petit Traité des grandes vertus, Livraphone, Le Bonheur, conceptions orientales et occidentales (3 CD audio), avec François Jullien, éd. Frémeaux & Associés, L’Amour (3 CD audio), éd. Frémeaux & Associés, Qu’est-ce qu’une spiritualité sans Dieu ? (3 CD audio), éd. Frémeaux & Associés, André Comte-Sponville (DVD 100 min), en compagnie de François L’Yvonnet, conception et réalisation Benjamin Pichery, éd. INSEP, coll. « Regards sur le sport » et Le Mal : le Méchant, le Salaud, le Pervers, le Médiocre (3 CD audio), avec Michel Terestchenko, éd. Frémeaux & Associés.

En 1995, son septième livre, Petit Traité des grandes vertus, devient un succès, vendu en France à 300 000 exemplaires (hors poche) et traduit en 24 langues. À l’âge de quarante-six ans, André Comte-Sponville clôt quatorze années d’enseignement universitaire pour se consacrer à l’écriture et à des conférences données en dehors de l’alma mater.

André Comte-Sponville a beaucoup écrit dans la presse grand public (Le Monde, Libération, Le Nouvel Observateur, L’Événement du jeudi, L’Express, Psychologies Magazine, Le Monde des religions, Challenges…). Il a aussi dirigé trois numéros de la Revue internationale de philosophie, consacrés respectivement à Montaigne (no 181, 1992), Pascal (no 199, 1997) et Alain (no 215, 2001). Cette même revue lui a consacré l’intégralité de son n° 258, paru en 2011. Il participe aussi régulièrement à un certain nombre de colloques ou de publications universitaires. André tient une chronique dans Le Monde des religions et une autre dans Challenges. Il est l’objet, en janvier 2020, d’un numéro des très prestigieux Cahiers de l’Herne.

Il est souvent invité sur les plateaux télévisés, notamment chez Michel Polac, Bernard Pivot, Jean-Marie Cavada, Christine Ockrent, Patrick Poivre d’Arvor, Franz-Olivier Giesbert, Guillaume Durand, Michel Field, Laure Adler, Serge Moati, Jean-Marc Sylvestre, Thierry Ardisson, Frédéric Taddeï, Laurent Ruquier et François Busnel. Régulièrement, des entreprises privées et structures patronales l’invitent à tenir des conférences, pour lesquelles elles le rétribuent confortablement. Membre du comité d’honneur de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité, André siège au Comité consultatif national d’éthique de mars 2008 à mars 2016.

En 2018, il entre au conseil d’administration de son éditeur Humensis, et en 2019 à celui de la filiale Libris. André Comte-Sponville intervient également auprès d’un certain nombre d’associations (l’Association Progrès du Management, le CJD, la CGPME…) ou d’entreprises (le Crédit Agricole, les AGF, Thomson, PSA, Total, EDF, Groupama, Vivendi, Azur GMF, Galeries La Fayette, Sopra, Crédit Mutuel, Crédit coopératif, AXA, DEXIA, Vinci, KPMG, Deloitte, GSK, Renault, Banques Populaires, GDF-SUEZ, Thalès, BNP-Paribas, la MAAF, Castorama, OCTO Technology, Allianz, Adidas, ENGIE…).

André Comte-Sponville à Boost Coaching

André Comte-Sponville intervient aussi au sein de l’école de coaching Boost Coaching pour inspirer les élèves autour de la réfléxion :  » Sens du travail, Bonheur et Motivation, Psychologie du management. »

Docteur Honoris Causa des Universités de Mons-Hainaut, en Belgique, et de Mexico, au Mexique, André Comte-Sponville obtient également des distinctions en 1996 : prix La Bruyère de l’Académie française pour son livre Petit Traité des grandes vertus et chevalier de la Légion d’honneur.

Ecrire un commentaire:
*

Your email address will not be published.